Novembre … C’est le mois sans tabac. Ça n’a pas pu vous échapper, on ne parle que de ça. Et finalement, pourquoi pas. Mieux vaut cet excès de communication plutôt ce à quoi nous avons assisté, il y a quelques semaines, dans les médias, autour de la cigarette électronique aux États-Unis. Alors, on s’est dit : pourquoi pas nous ? Finalement, c’est aussi notre job de vous informer.

Des chiffres qui parlent …

Lu dans le magazine ” LE point Santé ” : “Dès le premier décès supposé, aux États-Unis, à cause de la cigarette électronique, il faisait déjà la une de tous les journaux. Pourtant, ce même jour, 1 500 autres fumeurs sont morts du tabac aux États-Unis, 22 000 dans le monde ! Pas une ligne. Alors, oui, la cigarette électronique reste une bonne idée. “

La cigarette électronique n’y est vraiment pour rien ?

Toujours de ce même article, un entretien avec le professeur de Santé Publique, Gérard Dubois, coauteur du rapport sur la cigarette électronique de 2015, répond à la question de la nocivité de la cigarette électronique, supposée par certains médias, suite aux 6 décès aux États-Unis.

La cigarette électronique est commercialisée depuis 2010, nous avons donc quand même quelques années de recul. Tout à coup, semblant venir de nulle part, apparaît une épidémie de 400 cas d’atteintes pulmonaires graves avec 6 morts. L’épidémie a été brutale et localisée. Je fais partie d’une alliance mondiale de lutte contre le tabac. Dès que l’épidémie s’est déclarée aux États-Unis, une alerte a été émise pour repérer au plus vite des cas similaires ailleurs dans le monde. Pour l’instant, il n’y en a toujours aucun. Rien d’étonnant, puisque les premières investigations ont montré très vite que, dans plus de 80 % des cas, les personnes malades aux États-Unis ont détourné l’usage de leur cigarette électronique pour y mettre des produits huileux contenant du THC (la molécule active du cannabis). Les cigarettes électroniques ne sont pas prévues pour la combustion de substances huileuses qui vont massacrer les poumons. Il faut être clair : aucun produit légal n’est mis en cause dans cette épidémie américaine, aucun.

Gérard Dubois, Professeur en Santé Publique

Le Point Santé - Septembre 2019

Tout aussi rassurant, on peut lire sur le site officiel tabac-info-service.fr, dans l’espace “J’arrête de fumer > Choisir sa stratégie”, un paragraphe concernant la cigarette électronique. Voici ce que l’on peut y lire :

D’après les derniers travaux du Haut Conseil de la Santé Publique, la cigarette électronique peut constituer une aide pour arrêter ou réduire sa consommation de tabac.

Si vous arrêtez totalement de fumer du tabac en utilisant à la place une cigarette électronique contenant de la nicotine, vous réduisez les risques de développer des maladies graves, comme les cancers.

Allons jusqu’au bout de la comparaison

Il est temps de rappeler une infographie qui a beaucoup circulé sur les réseaux lors de la sortie de la cigarette électronique et que nous avons peut-être trop vite oublié. Et pourtant, elle est toujours d’actualité.

Les composants de la cigarette et leurs nocivités
Les composants du liquide à cigarette électronique

La comparaison ne laisse pas trop de place au doute. Quand la cigarette affiche ses 25 substances dont 10 sont déclarées comme mortelles, le liquide à cigarette électronique, quant à lui, affiche 5  substances, dont aucune n’est reconnue dangereuse. Même le propylène Glycol qui serait le produit qui a fait le plus couler d’encre, laisse finalement la communauté scientifique sans voix, puisque c’est ce même produit qui fabrique la fumée que nous respirons depuis plusieurs décennies dans les boîtes de nuit et les concerts.

Vous avez envie d’essayer la cigarette électronique et lâcher définitivement cette foutue vieille clope ? Alors, nous vous invitons à faire un tour sur notre Espace Débutant qui vous explique tout et va vous donner les moyens de bien comprendre comment ça marche et bien choisir votre matériel.